Blog de Fatal-Candies
 
Plonger dans une eau profonde et se laisser couler, sentir l'eau glacée rentrer dans votre nez, vos yeux, votre bouche. L'eau est bleue, sombre, encore plus, puis noire. Puis vous ne voyez plus. Vous buvez la tasse et vous sentez qu'elle vous habite, qu'elle est partout. Vous ne bougez pas, vous vous laissez couler comme une enclume. A quoi bon? Vous gardez les yeux ouverts, grands ouverts. Vous fixez le soleil, ou n'est-ce que vous qui l'inventez, s'éloigner. Vous ne savez plus si vous avez sauté la nuit dernière ou il y a un instant. Vous ne savez même plus que vous êtes dans l'eau. Vous voyez les bulles mouvantes qui sortent de votre bouche se tordre et se bousculer pour remonter à la surface et c'est merveilleux. Vous croyez être une bulle et que même sortie de l'eau vous allez continuer à monter. Là, vous vous demandez si vous voulez vraiment remonter. Si vous voulez encore affronter la peur du vide, la peur du noir, la peur de la solitude, la peur de tout. La peur de ce qui se cache en vous. La peur de blesser, la peur de mal faire, la peur de ne pas réussir, la peur d'être laissé pour compte. La peur d'être prise et jetée. Vous n'avez plus d'air, vos poumons sont compressés par les tonnes et les tonnes d'eau autour de vous.  Vous sentez son gout chloré irriter votre gorge et rentrer dans vos poumons. Vous buvez la tasse et vous sentez qu'elle vous habite, qu'elle est partout. Alors seulement, la question s'impose. L'important n'est pas ce dont vous avez envie, ce dont vous êtes capables mais ce que vous allez faire. Parce qu'aux yeux du monde alentour votre but est inconnu et personne ne sera là pour retracer votre histoire et vos intentions. Personne ne saura jamais ce qui habitait votre esprit à ce moment là.  Personne ne saura que vous êtes là, tout autour.


[ Fermer cette fenêtre ]